Des sabots bien fleuris……..

de la persévérance naît parfois souvent des miracles

ainsi en est-il de ces sabots découverts —> l’an dernier

dont je ne voulais pas rater la pleine floraison …..

…..ils se plaisent en milieu humide car de l’eau suinte le long de cette butte et se déverse dans le fossé……

…….

…..

……

…..

…….

….malgré mes recherches, des sabots de vénus ‘sauvages’ de cette couleur ne semblent pas répertoriés…..

l’an dernier, on comptait deux stations de ces sabots monochromes en ce lieu et cette année une seule apparaît

quant aux sabots du fond de la combe….

…..ils doivent avoir les pieds dans l’eau en fin d’hiver……

….et produisent des fleurs doubles….

…..

certains n’étaient pas encore épanouis, ce 16 mai 2018

…..ou presque….

…….

quant à ceux qui étaient fleuris le 12 mai, ils se portaient bien le 16 🙂

la beauté des sabots ne dispense pas d’ouvrir l’œil

sur ce qui les entoure…

…..

…..

on peut se laisser emporter par un seul sujet

au risque de passer à côté d’autres merveilles

toutes aussi essentielles, même si moins spectaculaires….

Publicités

De bien jolis sabots jaunes………doubles…….

revenons aux couleurs et notamment *le jaune*…….

depuis un an, ayant précieusement conservé leurs –> traces

c’est avec émerveillement que je les ai retrouvés….

les monochromes n’étaient pas encore fleuris le 11 mai….

….et quasi invisibles bien qu’en bordure de route…..

en revanche le 12 mai…….

….ceux qui se cachent en forêt, près de ce petit ruisseau…..

….ces sabots-là étaient bien fleuris!

cette année, c’est par un autre chemin qui j’y suis parvenue

moins long que par la grande prairie mais beaucoup plus sportif car un fort dénivelé y conduit!

le jeu en valait la chandelle car non seulement les sabots de vénus sont rares mais quand ils sont à fleurs doubles, c’est exceptionnel! et là ce n’était pas UN mais DEUX pieds à doubles fleurs qui étaient côte à côte!….à voir fleuris dans un prochain billet 🙂

ce 12 mai marquait le début de la floraison 2018

….

….et ils peuvent facilement passer inaperçus…..

…..mais lorsqu’on s’approche…..

…on est subjugué, même de dos!

…..

les sabot de vénus sont protégés sur l’ensemble du territoire français métropolitain et considérés comme vulnérable sur la liste rouge des espèces menacées à l’échelle nationale, européenne et mondiale

Un second cigogneau et la coquille du troisième œuf est percée…..

l’attention du couple de cigognes noires est mobilisée par deux petits et un troisième qui a percé sa coquille

grâce à cette –> webcam estonienne, c’est le troisième printemps de ce blog en compagnie de ces cigognes

on remarque combien les parents sont attentifs l’un à l’autre et envers leurs petits mais il n’en est pas toujours ainsi ‘à nos yeux et à notre compréhension humaine’ car la Nature a ses lois que la raison humaine ignore…..

agrandissement d’une capture d’écran à 11h05 où l’on voit le trou dans la coquille juste à côté du bec rouge……….

Naissance 2018 chez les cigognes noires….

petite pause dans les histoires de bleu

qui seront suivies de jaune et de rose

pour faire place au direct des webcams animalières

……..premier mai 2018……..

………….ce 19 mai, un petit est déjà né………..

……….

on remarque l’ajout de ‘douceur’ grâce à l’herbe fraîchement rapportée au nid et qui, –> comme l’an dernier, témoigne de la survenue des éclosions….

la suite de ces heureux événements est à suivre en direct –> ici 

trois autres cigogneaux sont attendus

et on peut voir que les parents régurgitent des têtards et autres dans le nid

afin de nourrir leurs jeunes……..

Le bleu des origines…..

un tableau extra-ordinaire de Laurence Délis à voir –> ici

m’a accompagné tout au long de ma balade du 11 mai dernier….

des bleus inconnus……..

………

……..qui tutoient le ciel………

 

……

….avec une pointe de rose…..

….un régal semble-t-il…..

…..

………

c’est du grémil bleu pourpre

(un site pour trouver facilement un nom de fleur est à consulter –> là)

puis les bugles rampantes se sont données à voir….

……offrant un aspect et un bleu différents suivant l’angle de vue…..

et l’une d’elles abrite……

…….une bien étrange chenille!

de la sauge en plein essor….

….

le polygala du calcaire photographié avec mon petit canon S110, compact, léger et dont les réglages sont ludiques

et le mois de mai ne serait pas ce qu’il est sans les magnifiques ancolies bleues qui poussent ici à profusion!

……

des ancolies qui subliment les paysages……

tout comme le blog –> *l’ancolie bleue* de Valérie Lafontaine qui avait impulsé en moi le désir de cette balade au cœur de mon département 😉

et comment passer à côté de ce champ….

…….

sans photographier le bleuet, au summum du bleu!

….

cette journée dont une première partie fut publiée hier

fut tellement riche de beautés, de rencontres et de découvertes

qu’elle se racontera sur plusieurs billets……..

le bonheur est dans la prairie

Une prairie et des vaches qui paissent

voilà qui peut sembler bien banal

surtout que cette scène se répète

à longueur de route par ici………..

……

…….

…….

mais là un filet d’eau traverse le pré

ce qui fait le bonheur des passereaux……..

…….une jolie bergeronnette……

…..un couple de chardonnerets………..

…..

………

…….

….les oiseaux font la navette entre l’eau et les fleurs…….

….les vaches cherchent l’ombre en ce vendredi 11 mai 2018…..

……..

l’ensemble n’est que douceur et harmonie

et porte à la méditation

aussi quand un tracteur stoppe et que la conversation s’engage

c’est tout naturellement que chacun raconte sa vie

moi, mon bonheur devant ce paysage

le vieux paysan, la fierté de son travail car ce sont ses terres

qu’il vient amender avec le fumier de ses vaches transporté sur 28 km

il est éleveur et sa fille a repris le flambeau

malgré les difficultés il est heureux

et moi aussi …….

………

Un seul oisillon à nourrir chez les pygargues à queue blanche….

voici revenu le temps des observations via les webcams animalières

le lien présenté –> dans ce billet de 2016 est de nouveau actif

mais au lieu de trois, cette fois un seul oisillon à nourrir….

en cliquant sur ces captures d’écran, on peut apprécier la grande délicatesse du parent et la réserve de poissons……

mi-juin 2016, alors que les trois jeunes étaient sur le point de s’envoler, une violente tempête avait détruit le nid

….le dernier à s’envoler sur les restes du nid….

espérons que cette année, le ciel sera clément….

%d blogueurs aiment cette page :